samedi, 29 janvier 2022 •

279 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Invasion des produits étrangers au Bénin

Les boissons togolaises concurrencent les béninoises sur leur marché




Le constat est amer. Le marché béninois est inondé par les boissons étrangères de toute qualité. Les plus remarquables sont les boissons de la firme ‘’Brasserie du Bénin (BB)’’ du Togo. Les boissons de cette firme, sont prisées par les Béninois au point où on se demande si c’est la qualité de celles produites par la Société Béninoise de Brasserie (SOBEBRA) qui pose problème ou si c’est la douane qui ne fait pas bien son travail en laissant les boissons togolaises traverser les frontières.

Par un soleil de plomb cet après-midi du mercredi 5 mai 2021, des amis et moi-même avions décidé d’aller prendre un pot dans un bar, dont nous taisons le nom, à Comé. Et pendant que nous nous désaltérons avec nos bières ‘’La Béninoise’’, un monsieur entra dans le bar et, visiblement, très assoiffé. ‘’Serveuse, apporte moi un Pils togolais bien frais, je dis bien Pils togolais hein. Ou bien vous n’en avez pas ?’’, lança-t-il à la serveuse qui s’est empressée de lui répondre pas l’affirmatif.
Cette scène anodine a attiré notre attention car ce n’est pas la première fois que nous avons surpris une telle exigence de la part des clients dans un bar. Nous avons alors décidé de cerner tout le contour de ce phénomène qui, à coup sûr, a de répercussion sur l’économie béninoise. Et quand nous nous sommes rapproché de lui pour mieux comprendre, sa réponse a été sans appel. ‘’Les boissons béninoises ne sont pas bien dosées (taux d’alcool). La Béninoise par exemple, c’est comme de l’eau plate. En plus de cela, le Pils qu’on fabrique au Bénin est pratiquement sans alcool. Au-delà de tout ceci, les gens contre-façonnent les boissons de la SOBEBRA. Ce qu’ils n’arrivent pas encore à faire avec les boissons togolaises. Alors, il vaut mieux prendre ce dont on est sûr de la qualité que de prendre de n’importe quoi’’, laisse entendre, André Koffi, un jeune consommateur de 40 ans habitant à Comé.
La réaction de ce consommateur béninois vient corroborer les propos d’un tenancier de bar que nous avons rencontré, plus tard à Aného au Togo. ‘’Vous ne verrez aucune boisson béninoise ici. Mais nos boissons sont prisées par les Béninois. Ils sont nombreux à traverser la frontière juste pour venir boire ici au Togo. Nos boissons sont de meilleure qualité et de plus, nos douaniers ne laisseront jamais les boissons béninoises envahir notre territoire.’’, fait remarquer un gérant de bar à Aného.
Dans les propos de Assion, il faut retenir deux choses : la fierté des Togolais à consommer leurs boissons et le rôle important joué par leur douane pour réguler le marché togolais en matière de traversée des boissons béninoises. Quid du côté béninois ?

Le manque du patriotisme économique des Béninois

Il n’y a pas d’offre si la demande n’existe pas. C’est la loi du commerce. Ainsi donc, si les boissons togolaises envahissent le territoire béninois, c’est que la demande existe et est forte. Et ceci doit faire appel au patriotisme des Béninois. Mais pour se donner une certaine conscience, on se cache sous des raisons à la limite fantaisistes. ‘’C’est parce que toutes les boissons de la SOBEBRA sont contrefaits que moi je préfère les boissons togolaises’’, fait savoir Jean-Claude Dossou, un consommateur résident à Lokossa dans le Mono. Mais pour le directeur départemental de l’industrie et du commerce, Bernard Ehoun, c’est le manque de patriotisme économique qui pousse les béninois à préférer ces boissons aux produits de la SOBEBRA. Il va plus loin pour dire que même ce qui est constaté dans le Mono et le Couffo n’a rien de comparable avec ce qui se passe dans l’Ouémé par exemple avec la consommation de la boisson togolaise ‘’La Racine’’. Ça coule comme de petits pains dira-t-il. En effet, partout au Bénin, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, on trouve des boissons togolaises.
Et en croire le directeur Ehoun, les causes de ce constat sont imputable non seulement aux services de l’Etat, mais aussi aux consommateurs qui doivent à tout prix cultiver le patriotisme économique. Ce qui va amener les Béninois à plus aimer les boissons produites sur leur territoire.

Défaillances au niveau de la douane

Mais au-delà de cet aspect de patriotisme, il se pose un grand problème de contrôle douanier. Et pour cause, comment se fait le contrôle douanier pour que les produits togolais inondent le marché béninois ? Toute la question est là. Et toutes nos démarches vers la direction départementale des douanes du Mono-Couffo pour rencontrer la directrice afin de mieux comprendre la situation ont été vaines. Mais nos recoupements ont permis de découvrir qu’il y a des failles dans le contrôle douanier. Et comme l’a confié un opérateur économique détenant l’agrément dans la distribution des produits de SOBEBRA, qui a requis l’anonymat, les douaniers ne font que le dédouanement et ne se penchent généralement pas sur la qualité de celui qui importe les produits. ‘’Si vous le voulez, vous pouvez faire l’expérience vous-même et aller à Hilla-Condji. On vous prend juste le prix des produits que vous avez et on ne se soucie pas de savoir si vous êtes agréé à importer ces produits ou pas’’, a-t-il déclaré. Ainsi, les produits togolais inondent le marché béninois par n’importe qui. Les boissons togolaises traversent les frontières en toute quiétude. Mais selon le directeur départemental de l’industrie et du Commerce, Bernard Ehoun, il faudra ajouter à cela, la porosité des frontières qui offre aux contrebandiers des possibilités énormes de déjouer tout système de contrôle. ‘’C’est au niveau du cordon douanier que se situe le vrai problème. C’est au niveau des entrées que les boissons devraient être refoulées. Mais il se pose le problème de multiplicité des entrées. Pour le Mono seul, on dénombre une vingtaine d’entrées. Quand on ferme une, les citoyens trouvent la possibilité de passer par une autre’’, déplore le directeur départemental du commerce. Cet état de chose ne facilite pas la tâche aux douaniers non plus. Il importe donc que des solutions soient trouvées pour permettre aux entreprises de brasseries du Bénin de jouir des fruits de leur investissement.

Sauver la SOBEBRA et l’économie béninoise

‘’Nous devons protéger nos entreprises nationales parce que ce sont elles qui donnent de l’emploi à nos populations. Et dans le cadre de la lutte contre les produits frauduleusement importés, notre direction lutte contre ces produits à travers la loi 2016 portant organisation de la concurrence en République du Bénin qui punit de façon globale l’importation frauduleuse’’, a déclaré Bernard Ehoun. Mais cette lutte bute contre de grosses pierres car l’environnement n’est pas totalement favorable. Le directeur départemental du commerce déclare que ‘’nous avons pu mener une lutte implacable contre les boissons nigérianes et cela a porté parce qu’aucune société béninoise n’a eu l’agrément d’importation de ces boissons. Et donc, dès qu’on voit les casiers de boissons du Nigéria, on procède systématiquement à la saisie. Malheureusement, il y a des sociétés qui ont l’agrément d’importation des boissons togolaises. Et cela nous rend la tâche très difficile pour le contrôle.’’
Il va s’en dire que pour préserver l’économie béninoise, l’Etat doit retirer l’agrément d’importation aux sociétés en question et en compensation, leur donner le monopole des produits de la SOBEBRA. Le cas échéant, et avec l’engouement des Béninois eux-mêmes à consommer ces boissons, c’est l’économie béninoise qui prend un grand coup. Evidemment, aucune étude sérieuse n’est encore menée pour mieux situer sur les pertes qu’enregistre le Bénin avec l’envahissement des boissons togolaises sur le territoire béninois.
Toujours est-il qu’entre les défaillances de la douane et les exigences des consommateurs, le Bénin perd énormément de devise et ceci fragilise les sociétés de brasserie implantées au Bénin.

Cokou Romain COKOU

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

22 octobre 2021 par Ignace B. Fanou




Le captage et stockage du CO2, solution d’avenir pour le climat ou (...)


28 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
Les techniques qui consistent à capter le CO2 lors de sa production ou (...)
Lire la suite

ARISE IIP rejoint la Fédération Internationale des Fabricants de Textile (...)


25 janvier 2022 par La Rédaction
ARISE IIP, le développeur et opérateur panafricain de parcs industriels (...)
Lire la suite

Les PME d’Afrique de l’Ouest bénéficient d’un apport de capitaux


24 janvier 2022 par Akpédjé Ayosso
L’accès limité au capital reste un obstacle important à la croissance (...)
Lire la suite

UBA Bénin invite sa clientèle à la mise à jour des données personnelles


20 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
Cher.e client.e, Accordez-nous 5 minutes de votre temps pour mettre à (...)
Lire la suite

ISOCEL SA agréée au régime des investissements spécifiques


19 janvier 2022 par Akpédjé Ayosso
L’entreprise de télécommunications ISOCEL SA est admise au bénéfice des (...)
Lire la suite

03 sociétés agréées au Code des investissements pour divers (...)


19 janvier 2022 par Akpédjé Ayosso
En Conseil des ministres ce mercredi 19 janvier 2022, trois nouvelles (...)
Lire la suite

Pas de taxe sur les jus de fruits, eaux et riz produits au (...)


15 janvier 2022 par Marc Mensah
Les droits à l’importation sur les jus de fruits et eaux minérales ont (...)
Lire la suite

Un projet initié au Bénin dans le viseur de Elon Musk


15 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
Très active lors de la COP 26 en Ecosse, la Fondation Earth Love (...)
Lire la suite

Wilfried H. clarifie la taxe de 5% sur les transactions électroniques


14 janvier 2022 par Ignace B. Fanou
La taxe de 5% instaurée sur les GSM par le Nouveau Code Général des (...)
Lire la suite

LEO, LE CHATBOT DE UBA REALISE UN SUCCES MASSIF SUR LE CONTINENT


12 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
La banque africaine de renommée mondiale, United Bank for Africa (UBA), (...)
Lire la suite

Spectacles et réjouissances collectives désormais taxés


12 janvier 2022 par Marc Mensah
Une taxe est instituée sur les spectacles, jeux et divertissements dans (...)
Lire la suite

Coris Bank déterminée à soutenir le secteur privé béninois


11 janvier 2022 par Marc Mensah
La nouvelle année 2022 s’ouvre sur de belles perspectives pour le (...)
Lire la suite

Un parc solaire de 1200 ha pour alimenter la ZES Glo-Djigbé


5 janvier 2022 par Marc Mensah
Le gouvernement a ordonné en conseil des ministres, mercredi 05 janvier (...)
Lire la suite

Un excellent cru pour la BRVM et le DC/BR de l’UEMOA


2 janvier 2022 par Akpédjé Ayosso
Les rideaux sont tombés sur l’année boursière 2021. Malgré la persistance (...)
Lire la suite

20 milliards FCFA aux PME et à leur personnel


31 décembre 2021 par Ignace B. Fanou
Les impacts de la pandémie de Covid-19 sur les Petites et Moyennes (...)
Lire la suite

Le Bénin classé 1er en inclusion financière dans l’UEMOA


27 décembre 2021 par Marc Mensah
Dans un rapport publié le 22 décembre 2021, la BCEAO a fait le point de (...)
Lire la suite

Le Bénin mobilise 13 milliards FCFA pour la formation professionnelle


26 décembre 2021 par Akpédjé Ayosso
Le gouvernement béninois a procédé à la signature de la première (...)
Lire la suite

Léonard Dossou parmi les 100 qui transforment l’Afrique


26 décembre 2021 par Akpédjé Ayosso
Le Directeur général de L’Economiste du Bénin et L’Economiste du Togo, (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires