jeudi, 8 décembre 2022 •

591 visiteurs en ce moment

Journée mondiale de lutte contre les maladies tropicales négligées

L’OMS salue les efforts du gouvernement Talon




La communauté internationale a célébré ce samedi 30 janvier 2021, la journée mondiale de lutte contre les Maladies tropicales négligées (MTN). Selon les spécialistes en santé, les MTN touchent plus de 1.5 milliard de personnes dans le monde et tuent 170.000 personnes par an.
Dans cet entretien, le Représentant résident par intérim de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Bénin, Dr Mamoudou Harouna Djingarey, explique entre autres, les actions que mène le Bureau de l’OMS au Bénin pour accompagner le gouvernement dans la lutte contre l’élimination et l’éradication de ces maladies d’ici à 2030.

Certaines maladies sont selon l’OMS identifiées comme maladies négligées. Expliquez-nous pourquoi et quelles sont ces maladies ?

Dr Mamoudou Harouna Djingarey : Les maladies tropicales négligées comme le nom l’indique sont des maladies qui sévissent sous les tropiques. Ce sont des maladies qui affectent les populations pauvres qui vivent dans des zones enclavées, des zones d’accès difficiles et qui ne disposent pas d’infrastructures socio-économiques et sanitaires de base. L’OMS a identifié une vingtaine de maladies dans ce chapitre qui varie d’un pays à un autre. Elles sont divisées en deux groupes selon les stratégies de contrôle. Ainsi nous avons les maladies tropicales négligées qui sont évitables par la chimioprophylaxie et nous avons aussi des MTN qui quand elles surviennent on peut les traiter pour les guérir donc la chimiothérapie.
Au nombre des MTN évitables au Bénin, on peut citer l’onchocercose, la filariose lymphatique, le trachome, les schistosomiases qu’on appelle communément la bilharziose, les helminthiases, les vers intestinaux…L’ulcère de Buruli, la lèpre et le pian sont du second groupe, le groupe des MTN traitables, c’est-à-dire les maladies qu’on peut traiter une fois déclarées.

Parlez-nous de la vision de l’OMS sur les Maladies tropicales négligées ?

Dr Mamoudou Harouna Djingarey : La lutte contre les MTN est une priorité pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS).Tout le monde a droit à l’accès universel aux soins. Tout comme les populations urbaines, les populations rurales ainsi que les populations vivant sous les tropiques ont droit à l’accès au traitement et aux soins. Donc, les maladies tropicales négligées comme les autres maladies sont une priorité pour l’OMS.

Quelles sont les stratégies développées par l’OMS pour éradiquer les MTN en Afrique ?

Dr Mamoudou Harouna Djingarey : L’OMS a mis en place à Brazzaville au bureau régional, un groupe organique chargé uniquement de la lutte contre les MTN. C’est un groupe qui travaille avec les conseillers nationaux de l’OMS dans chaque pays. Ils travaillent à définir des objectifs à atteindre pour chaque maladie ; élaborer une feuille de route ; élaborer des directives techniques, mobiliser des ressources et assurer la disponibilité et la gratuité des médicaments. Donc l’OMS a mis en place un certain nombre de stratégies pour éradiquer ces maladies.
‘’Éradiquer’’ pour l’OMS a une grande signification. Il s’agit de finir complètement avec ces maladies. Ce qui est possible pour deux maladies comme le ver de Guinée et le pian mais pour ce qui concerne les autres, il faut viser à les éliminer ou à les contrôler. Amener le nombre de cas au seuil le plus bas possible de façon à ce que cela ne constitue plus un problème de santé publique.
Donc parmi les stratégies, il y a la polychimiothérapie préventive qui consiste à donner de façon préventive des médicaments aux communautés pour qu’elles évitent les maladies. Au cas où elles ont des vers, des parasites, qu’ils ne développement pas des Maladies. Il y a aussi le traitement curatif. Pour ceux qui ont les maladies, il faut les traiter par des médicaments. Ces médicaments sont distribués gratuitement à ces personnes. Il y a aussi la lutte contre les séquelles et certaines invalidités causées par ces maladies et la lutte contre les vecteurs. La plupart de ces maladies sont transmises par les vecteurs. Et la grande stratégie consiste à lutter contre les vecteurs de ces maladies. Enfin, il y a la sensibilisation des populations sur les mesures préventives et les mesures pour éviter ces maladies-là.

Le Bénin fait partie des pays qui se sont engagés à éliminer les MTN du continent africain d’ici 2030. Dites-nous ce que vous avez fait pour accompagner le Bénin dans cette lutte au cours des trois dernières années ?

Dr Mamoudou Harouna Djingarey : L’OMS a beaucoup travaillé avec les autorités nationales autour de plusieurs axes. L’agence a appuyé le Bénin tant techniquement que financièrement pour l’élaboration de son plan stratégique pour l’élimination des MTN. Ce plan est décliné chaque année en plan opérationnel avec l’ensemble des partenaires notamment certaines Ong qui travaillent ici au Bénin. Le Système des Nations-Unies et la société civile s’assurent de la disponibilité des médicaments et de leur distribution par des campagnes de distribution gratuite. La lutte contre les MTN est multisectorielle et fait appel à plusieurs autres secteurs avec lesquels l’OMS travaille en collaboration avec le gouvernement du Bénin pour pouvoir lutter contre les MTN. L’OMS réalise aussi des enquêtes par rapport à la distribution et la digitalisation des données pour savoir les régions les plus affectées et celles qui ne le sont pas et qui n’ont plus besoin d’accueillir les campagnes de distribution

Qu’avez-vous envisagé comme actions à mener pour appuyer le Bénin dans la lutte contre les MTN dans les trois prochaines années ?

Dr Mamoudou Harouna Djingarey : Au cours des années à venir, l’OMS va continuer à appuyer le Bénin conformément aux actions de lutte contre les MTN qui sont planifiées tant au niveau mondial qu’au niveau sous-régional qu’à l’intérieur de chaque pays. De façon spécifique, l’OMS va appuyer le plan d’actions 2014-2025 du Bénin, suivra l’évolution pour l’élimination de la trypanosomiase humaine africaine (maladie du sommeil). Le Bénin est sur la même voie que son voisin du Togo qui a éliminé cette maladie et nous suivons le dossier avec les autorités nationales pour réduire à un niveau plus bas de sorte que la maladie ne constitue plus un problème de santé publique. Alors très bientôt, le Bénin sera déclaré pays où la trypanosomiase humaine africaine a été éliminée.

La communauté internationale célèbre ce 30 janvier 2021, la deuxième édition de la journée mondiale de lutte contre les MTN avec le soutien de l’OMS. Quelles sont les grandes manifestations officielles prévues ?

Dr Mamoudou Harouna Djingarey : La journée mondiale de lutte contre les MTN n’est pas encore entérinée pas l’OMS. Cependant, il y a un groupe d’organisations non gouvernementales, des gouvernements, des partenaires qui, vu l’importance du sujet se réunissent chaque fois pour célébrer cette journée et faire des activités pour pouvoir sensibiliser les populations et faire des distributions de médicaments. L’OMS appuie ces initiatives et accompagne entièrement ces partenaires en attendant que la journée ne soit entérinée par l’OMS.

Quelle est l’utilité sinon l’impact de cette journée mondiale sur l’élimination des MTN ?

Dr Mamoudou Harouna Djingarey : La célébration de la journée mondiale de lutte contre les maladies tropicales négligées a un impact positif sur l’élimination et l’éradication des MTN grâce aux séances de sensibilisation et les campagnes de distribution gratuite de médicaments. C’est une journée qui draine beaucoup de partenaires et beaucoup d’acteurs sociaux (maires, élus locaux…) pour le bien-être des populations.

Quel message avez-vous à adresser aux autorités sanitaires du Bénin à l’occasion de cette deuxième Journée mondiale de lutte contre les MTN ?

Dr Mamoudou Harouna Djingarey : Le Bénin fait partie des pays qui ont attribué une ligne budgétaire pour la lutte contre les MTN. Nous saluons cette initiative et demandons encore au gouvernement de continuer à soutenir cette ligne pour que les MTN ne soient pas une fatalité. Qu’on puisse accorder à ces maladies l’importance que cela mérite. Nous invitons également tous les autres partenaires à continuer à appuyer le gouvernement du Bénin dans le cadre de l’élimination des MTN.

Propos recueillis par Juliette MITONHOUN

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

30 janvier 2021 par Ignace B. Fanou




L’ANSSFD fait le point après l’interdiction de la collecte d’épargne (...)


2 décembre 2022 par Judicaël ZOHOUN
L’Agence Nationale de Surveillance des Systèmes Financiers Décentralisés (...)
Lire la suite

« Il faut compter sur ASO Baobab pour la prochaine Ligue Nationale (...)


26 octobre 2022 par Judicaël ZOHOUN
Imelda WADAGNI rêve grand ! Au terme d’une assemblée générale (...)
Lire la suite

Qu’est ce que l’audit social ? Les clarifications du Dr Fagnibo


2 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Sur initiative du Cabinet Azur Management et Conseil en partenariat (...)
Lire la suite

A Cœur Ouvert avec Roland GANFLE, chef section embouteillage


13 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
Découvrez chaque mois, un métier de la brasserie en immersion avec un (...)
Lire la suite

Q&R : Les leçons du dernier congrès mondial de la nature


18 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
Lecture rapide L’innovation de ce congrès aura été d’avoir sur le panel (...)
Lire la suite

Entretien avec Mohamed Mbougar Sarr, prix Goncourt 2021


9 novembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Le prix Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires français, a (...)
Lire la suite

« Nous saluons l’action du gouvernement à répandre ce projet dans tout le (...)


20 juin 2021 par Ignace B. Fanou
Le Directeur du Centre d’excellence régional contre la faim et la (...)
Lire la suite

Ce qu’il faut savoir des accidents scolaires


15 mars 2021 par Boniface CAKPO
Plusieurs situations créent des accidents dans les écoles. Des murs de (...)
Lire la suite

Le Bénin est en train d’aller vers une électrification à 100%


28 décembre 2020 par Ignace B. Fanou
La 3ème édition de la conversation sur les enjeux de l’énergie en Afrique (...)
Lire la suite

Les clarifications de Romuald Wadagni sur les arriérés de (...)


19 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
A la suite de la rencontre entre le Chef de l’Etat et les responsables (...)
Lire la suite

‹‹ Dans toutes les écoles que nous avons visitées, les enfants ont mangé à (...)


3 octobre 2020 par Ignace B. Fanou
Le Lundi 28 Septembre 2020, jour de la reprise des classes, (...)
Lire la suite

Christophe D. AGBODJI : « J’ai une idée précise du job »


6 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dossou Christophe AGBODJI se présente aux prochaines élections (...)
Lire la suite

« CFI est profondément blessé et présente ses excuses » Alan (...)


13 janvier 2020 par Judicaël ZOHOUN
Le dossier Ignace Sossou a défrayé la chronique à Cotonou suite à (...)
Lire la suite

Ce que Me Alain Orunla a dit sur RFI


29 octobre 2019 par Judicaël ZOHOUN
Invité Afrique de RFI ce mardi 29 octobre 2019, le ministre de la (...)
Lire la suite

« Il faut trouver une formulation qui rassure tout le monde ›› (P. (...)


25 octobre 2019 par Judicaël ZOHOUN
Les membres du comité chargé de la formulation technique des (...)
Lire la suite

« On rêve d’aller en demi-finale... » (E. Imorou)


6 juillet 2019 par Judicaël ZOHOUN
Le Bénin a tiré son épingle du jeu en huitièmes de finale à laCoupe (...)
Lire la suite

‹‹ Il faut que les produits fabriqués au Bénin alimentent le commerce (...)


4 juillet 2019 par Judicaël ZOHOUN
Le Professeur Barthélemy Biao, Directeur du Laboratoire de recherche (...)
Lire la suite

Cotonou accueille la 2e édition Benin Investment Forum du 11 au 12 (...)


28 mai 2019 par Judicaël ZOHOUN
La 2e édition Benin Investment Forum 2019 se déroulera du 11 au 12 (...)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires