24 Heures au Bénin https://www.24haubenin.info Webzine, Quotidien Béninois indépendant, d'analyses et d'information en ligne Thu, 08 Dec 2022 22:00:00 +0100 fr-FR hourly 1 Spip 24 Heures au Bénin https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L144xH116/siteon0-3bdcd.png?1670447294 https://www.24haubenin.info 116 144 Romuald Wadagni invité aux Émirats arabes unis https://www.24haubenin.bj/?Romuald-Wadagni-invite-aux-Emirats-arabes-unis https://www.24haubenin.bj/?Romuald-Wadagni-invite-aux-Emirats-arabes-unis Tue, 06 Dec 2022 23:00:00 +0100 fr Akpédjé Ayosso <p>Le ministre d'Etat chargé de l'Economie et des Finances Romuald Wadagni est invité à prendre part à la quinzième édition de la World Policy Conference (WPC) du 9 au 11 décembre 2022 à Abou Dabi, aux Émirats arabes unis. <br class='autobr' /> Pour la deuxième fois, la ville d'Abou Dabi accueille la World Policy Conference (Conférence sur la politique mondiale ) du 9 au 11 décembre 2022. ¨Le ministre d'Etat chargé de l'Economie et des Finances Romuald Wadagni est attendu à cet événement. Il y sera avec d'autres personnalités de (...)</p> - <a href="https://www.24haubenin.bj/?-Economie-" rel="directory">Economie</a> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L150xH100/img-20221206-wa0006-21df3.jpg?1670447295' class='spip_logo spip_logo_right' width='150' height='100' alt="" /> <div class='rss_texte'><p><strong>Le ministre d'Etat chargé de l'Economie et des Finances Romuald Wadagni est invité à prendre part à la quinzième édition de la World Policy Conference (WPC) du 9 au 11 décembre 2022 à Abou Dabi, aux Émirats arabes unis.</strong></p> <p>Pour la deuxième fois, la ville d'Abou Dabi accueille la World Policy Conference (Conférence sur la politique mondiale ) du 9 au 11 décembre 2022. ¨Le ministre d'Etat chargé de l'Economie et des Finances Romuald Wadagni est attendu à cet événement. Il y sera avec d'autres personnalités de l'Arabie Saoudite, de l'Ukraine, du Rwanda, du Kazakhstan, du Sénégal etc.</p> <p>La mission de la World Policy Conference est de contribuer à promouvoir un monde plus ouvert, plus prospère et plus juste. Fondée en 2008 par Thierry de Montbrial, président de l'Institut français des relations internationales (Ifri), la WPC offre « un espace de réflexion et de dialogue essentiel autour des grands enjeux de la gouvernance mondiale, tout en permettant à ses participants de développer des liens durables ».</p> <p>Les travaux de la quinzième édition seront axés sur « l'ordre économique international, le Sahel et l'Afrique de l'Ouest, la rivalité sino-américaine, l'avenir de l'Union européenne, le changement climatique et la transition énergétique, la santé publique, la sécurité alimentaire, et bien d'autres sujets ».</p> <p>Le vendredi 9 décembre, le ministre d'État, Romuald Wadagni va intervenir au cours de la session plénière 5 intitulée : « Le Sahel et l'Afrique de l'Ouest : géopolitique et géoéconomie ». Il sera aux côtés du Général Francis A. Behanzin, président co-fondateur du Réseau mondial des professionnels de sécurité et de défense pour la prévention et la lutte contre le terrorisme ; Serge Ekué, président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et Manasseh Nshuti, ministre d'État aux Affaires étrangères du Rwanda.</p> <p><strong> Akpédjé Ayosso</strong></p></div> Les nouvelles mesures sociales au titre de l'année 2023 https://www.24haubenin.bj/?Les-nouvelles-mesures-sociales-au-titre-de-l-annee-2023 https://www.24haubenin.bj/?Les-nouvelles-mesures-sociales-au-titre-de-l-annee-2023 Mon, 05 Dec 2022 04:00:00 +0100 fr Judicaël ZOHOUN <p>Le budget général de l'Etat exercice 2023 s'élève à 3.033 milliards. Le tiers de ce montant est consacré aux actions sociales. Aux programmes existants qui sont renforcés, l'Etat du Benin a pris de nouvelles mesures sociales. <br class='autobr' /> D'une manière générale, le budget de l'Etat pour la gestion 2023, porte de nouvelles initiatives sociales et renforce les allocations budgétaires au profit des programmes existants. Il s'agit à titre illustratif de l'extension de l'exonération des frais de contribution scolaire (...)</p> - <a href="https://www.24haubenin.bj/?-Economie-" rel="directory">Economie</a> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L150xH97/3f5401a0-ca04-4649-804a-4cdd6e0e8e20-5472a.jpg?1670447303' class='spip_logo spip_logo_right' width='150' height='97' alt="" /> <div class='rss_texte'><p>Le budget général de l'Etat exercice 2023 s'élève à 3.033 milliards. Le tiers de ce montant est consacré aux actions sociales. Aux programmes existants qui sont renforcés, l'Etat du Benin a pris de nouvelles mesures sociales.</p> <p>D'une manière générale, le budget de l'Etat pour la gestion 2023, porte de nouvelles initiatives sociales et renforce les allocations budgétaires au profit des programmes existants. Il s'agit à titre illustratif de l'extension de l'exonération des frais de contribution scolaire des élèves filles au second cycle de l'enseignement secondaire, du projet de renforcement des filets sociaux en République du Bénin (GBESSOKE) dont l'objectif est de contribuer à l'amélioration des conditions de vie des ménages dans l'extrême pauvreté et leur autonomisation socio-économique, de l'accès à l'électricité à tous les ménages d'ici 2026 par l'adoption d'une politique d'allègement des frais de raccordement, de l'institution pour les établissements publics ou privés du second degré et les centres d'alphabétisation des programmes de vies courantes organisés sous la dénomination de « classes socio-éducatives », de l'encadrement et la prise en charge des personnes en déperdition et en situation de mendicité, du renforcement des programmes de santé maternelle, de vaccination des enfants et de lutte contre le paludisme, de l'engagement pour l'accès universel au programme national d'alimentation scolaire intégré (PNASI), du programme d'assistance pour le maintien des filles à l'école au niveau de l'enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle (Projet SWEDD), de l'augmentation significative des subventions pour la gratuité des frais de scolarité dans les universités publiques, des facilités pour la prise en charge par l'État des cotisations sociales des travailleurs domestiques, etc.</p></div> La Guinée équatoriale prend la présidence de l' OPEP en 2023 https://www.24haubenin.bj/?La-Guinee-equatoriale-prend-la-presidence-de-l-OPEP-en-2023 https://www.24haubenin.bj/?La-Guinee-equatoriale-prend-la-presidence-de-l-OPEP-en-2023 Sun, 04 Dec 2022 19:12:43 +0100 fr Judicaël ZOHOUN <p>Le ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale, S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, prendra la présidence de l'OPEP pour 2023 <br class='autobr' /> Le ministre des mines et des hydrocarbures de la Guinée équatoriale, Gabriel Mbaga Obiang Lima, prendra la présidence de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en 2023, rétablissant ainsi l'Afrique comme une puissance de premier plan dans l'industrie pétrolière mondiale. <br class='autobr' /> Parmi les plus grands producteurs de pétrole d'Afrique, la Guinée (...)</p> - <a href="https://www.24haubenin.bj/?-Economie-" rel="directory">Economie</a> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L150xH150/7f9d0fa4-0565-485f-94f7-eaec17c34863-6deee.jpg?1670447420' class='spip_logo spip_logo_right' width='150' height='150' alt="" /> <div class='rss_texte'><p><strong><br class='autobr' /> Le ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale, S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, prendra la présidence de l'OPEP pour 2023</strong></p> <p> Le ministre des mines et des hydrocarbures de la Guinée équatoriale, Gabriel Mbaga Obiang Lima, prendra la présidence de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en 2023, rétablissant ainsi l'Afrique comme une puissance de premier plan dans l'industrie pétrolière mondiale.</p> <p>Parmi les plus grands producteurs de pétrole d'Afrique, la Guinée équatoriale a connu une croissance exponentielle de son PIB grâce à son industrie pétrolière, les exportations ayant joué un rôle central dans l'économie et le développement socio-économique du pays. Ainsi, dans le sillage d'une nouvelle ère de coopération et de création de partenariats sur le continent, la nomination du ministre Obiang Lima à la présidence de l'OPEP devrait faciliter la mise en place d'une plateforme qui fera progresser les intérêts des explorateurs et producteurs de pétrole et de gaz africains et de tous les membres de l'OPEP.</p> <p>En tant qu'organisation intergouvernementale, l'OPEP exerce une influence considérable sur le marché mondial du pétrole. L'organisation et ses États membres représentent près de 40 % de l'offre mondiale de pétrole et ont donc un rôle essentiel à jouer dans la stabilisation du marché.</p> <p>En assumant la présidence, la Guinée équatoriale n'occupera pas seulement une position plus importante dans l'arène énergétique mondiale, mais sera également en mesure d'exprimer une perspective africaine au sein de l'organisation elle-même. Le pays s'est montré proactif dans le renforcement des liens avec les pays membres et non membres de l'OPEP, réaffirmant ainsi sa position de partenaire énergétique régional et international important. En assurant la présidence de l'OPEP, la Guinée équatoriale sera en mesure d'influencer activement la prise de décision en faveur de la région et du continent, tout en faisant connaître les défis et les opportunités de l'industrie énergétique africaine.</p> <p>« Nous, à la Chambre africaine de l'énergie (AEC), sommes très heureux de voir la nomination de Gabriel Obiang Lima à la présidence de l'OPEP », déclare NJ Ayuk, président exécutif de l'AEC, ajoutant : « Avec un climat mondial qui pousse l'Afrique et les pays de l'OPEP à abandonner le pétrole et le gaz, la demande de pétrole et de gaz augmente, en particulier dans les économies émergentes qui doivent s'industrialiser, éradiquer la pauvreté énergétique et promouvoir la cuisine propre. » Ajouté Ayuk</p> <p>« Ce dont l'Afrique et le monde ont besoin plus que tout en ce moment, c'est de la stabilité du marché. Nous sommes convaincus que le ministre Obiang Lima travaillera avec tous les pays membres de l'OPEP pour veiller à ce que les besoins des producteurs et des consommateurs soient satisfaits. » Conclut Ayuk</p> <p>Précédemment occupée par le ministre des Hydrocarbures de la République du Congo, Bruno Jean-Richard Itoua, dont le mandat et le leadership qualifié à l'OPEP ont conduit à une nouvelle ère de stabilité du marché pour l'Afrique, la nomination du ministre Obiang Lima est sur le point de démontrer l'engagement ferme du continent à travailler avec une variété de parties prenantes dans le but commun de faire disparaître la pauvreté énergétique en Afrique d'ici 2030.</p> <p>Pour sa part, le ministre Obiang Lima a travaillé et continue de travailler à la sécurité énergétique du continent africain dans son ensemble. Il travaille dans le secteur du pétrole et du gaz depuis 1997 et a notamment occupé les postes de ministre délégué, vice-ministre, secrétaire d'État aux mines et aux hydrocarbures et conseiller présidentiel pour les hydrocarbures en Guinée équatoriale.</p></div> Bref aperçu sur l'évolution du climat des affaires au Benin https://www.24haubenin.bj/?Bref-apercu-sur-l-evolution-du-climat-des-affaires-au-Benin https://www.24haubenin.bj/?Bref-apercu-sur-l-evolution-du-climat-des-affaires-au-Benin Sun, 04 Dec 2022 18:36:08 +0100 fr Judicaël ZOHOUN <p>L'économie du Bénin est de plus en plus attractive avec un taux de croissance en net progression malgré les impacts de la Covid 19 et la guerre en Ukraine. Une performance économique qui se justifie par les réformes engagées au sommet de l'Etat depuis 2016. Après sept années d'austerité, le climat des affaires est très propice à l'investissement.</p> - <a href="https://www.24haubenin.bj/?-Economie-" rel="directory">Economie</a> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L150xH92/8f7bd8ba-a208-4ca1-90a4-420519f8d31f-935bb.jpg?1670447420' class='spip_logo spip_logo_right' width='150' height='92' alt="" /> <div class='rss_texte'><p>L'économie du Bénin est de plus en plus attractive avec un taux de croissance en net progression malgré les impacts de la Covid 19 et la guerre en Ukraine. Une performance économique qui se justifie par les réformes engagées au sommet de l'Etat depuis 2016. Après sept années d'austerité, le climat des affaires est très propice à l'investissement.</p> <div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;height:0;overflow:hidden;"> <iframe style="width:100%;height:100%;position:absolute;left:0px;top:0px;overflow:hidden" frameborder="0" type="text/html" src="https://www.dailymotion.com/embed/video/x8g1f9e?autoplay=1" width="100%" height="100%" allowfullscreen title="Dailymotion Video Player" allow="autoplay"> </iframe> </div></div> 109,5 milliards FCFA approuvés pour 7 projets https://www.24haubenin.bj/?109-5-milliards-FCFA-approuves-pour-7-projets https://www.24haubenin.bj/?109-5-milliards-FCFA-approuves-pour-7-projets Sun, 04 Dec 2022 17:55:38 +0100 fr Akpédjé Ayosso <p>A l'issue de sa 133ème session ordinaire, le Conseil d'Administration de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) a autorisé de nouveaux prêts pour la mise en œuvre de plusieurs projets. <br class='autobr' /> Les administrateurs ont approuvé deux (02) propositions de projets financées sur les ressources du programme SONGTAABA (36 milliards FCFA), trois (03) nouvelles propositions de projets pour un montant global de 45 milliards FCFA, deux (02) lignes de refinancement (28,5 milliards FCFA). Le montant total est (...)</p> - <a href="https://www.24haubenin.bj/?-Economie-" rel="directory">Economie</a> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L150xH84/boad-afrique-de-l-ouest-banque-32fcf.jpg?1670447420' class='spip_logo spip_logo_right' width='150' height='84' alt="" /> <div class='rss_texte'><p><strong>A l'issue de sa 133ème session ordinaire, le Conseil d'Administration de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) a autorisé de nouveaux prêts pour la mise en œuvre de plusieurs projets.</strong></p> <p>Les administrateurs ont approuvé deux (02) propositions de projets financées sur les ressources du programme SONGTAABA (36 milliards FCFA), trois (03) nouvelles propositions de projets pour un montant global de 45 milliards FCFA, deux (02) lignes de refinancement (28,5 milliards FCFA). Le montant total est de 109,5 milliards de FCFA.</p> <p>Au titre du Programme spécial SONGTAABA 2022-2024, le premier projet est relatif à la reconstitution du stock de sécurité alimentaire au titre de l'exercice 2023 en République du Mali. Le projet permettra « de répondre à la demande alimentaire des populations maliennes, de renforcer les capacités de prévention des chocs et des crises, d'améliorer l'accessibilité des vivres, notamment aux populations vulnérables, et de réduire les distorsions du marché céréalier au plan national ». Le prêt approuvé pour le financement partiel de ce projet est de 25 milliards FCFA.</p> <p>Le second projet concerne l'alimentation en eau potable, en milieu rural, dans les régions de Dosso, Maradi, Tahoua et Tillabéri, au Niger. 45 systèmes d'alimentation en eau potable seront réalisés afin de desservir 92 localités. A travers ce projet, 334 blocs de latrines institutionnelles dans les écoles et les centres de santé seront construits. Le montant de l'opération est de 11 milliards FCFA.</p> <p>S'agissant du programme de financements ordinaire, il y a le projet d'aménagement de voies urbaines dans la ville de Niamey. Il s'agit de l'aménagement de la section urbaine de la RN25 et réhabilitation du tronçon Niamey-Nyala, en République du Niger. Le projet permettra « d'améliorer la mobilité sur les tronçons concernés en réduisant le temps de parcours, de réduire le nombre d'accidents de la circulation de plus de 60% et le coût d'exploitation des véhicules d'environ 40 %, à partir de la première année de mise en service de la route ». Le montant de l'opération est de 25 milliards FCFA.</p> <p>Au Bénin, 28,5 milliards ont été approuvés pour deux projets. Il y a le projet de viabilisation du site de Ouédo, dans le cadre de la construction de 10 849 logements sociaux et économiques dans la Commune d'Abomey-Calavi. Les travaux de viabilisation permettront « d'assurer une alimentation de qualité en électricité, par l'augmentation de la puissance du réseau d'électricité sur tout le site du projet et la construction d'une usine de traitement d'eau et d'un château d'eau de 500 m³ » . (10 milliards FCFA).</p> <p>18,5 milliards FCFA ont été autorisés pour la mise en place en faveur de NSIA Banque Benin SA d'une ligne de refinancement dans le cadre du programme de relance des activités des entreprises de l'UEMOA, suite à la crise sanitaire liée à la Covid-19 et d'un prêt subordonné.</p> <p>Pour la relance des activités de ASUSU SA en République du Niger, le montant du projet est de 10 milliards Fcfa. Le projet permettra « de maintenir l'accès des populations exclues du système bancaire classique et celles qui sont économiquement vulnérables, notamment les femmes et les jeunes, à des services financiers diversifiés et innovants ».</p> <p>Le dernier projet est relatif à la mise en place d'une ligne de refinancement en faveur de VISTA Bank Burkina Faso. Le montant de l'opération est de 10 milliards FCFA. La ligne permettra à Vista Bank Burkina « d'accroître son activité de financement à moyen terme, de consolider son développement, et de contribuer à la croissance de l'économie nationale ».</p> <p><strong>Ayosso Akpédjé</strong></p></div> Les dirigeants africains appellent à une industrialisation plus rapide https://www.24haubenin.bj/?Les-dirigeants-africains-appellent-a-une-industrialisation-plus-rapide https://www.24haubenin.bj/?Les-dirigeants-africains-appellent-a-une-industrialisation-plus-rapide Sun, 04 Dec 2022 17:38:51 +0100 fr Judicaël ZOHOUN <p>Plusieurs dirigeants africains ont passé en revue vendredi à Niamey, les progrès du continent en matière d'industrialisation, de diversification économique et de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) dans le contexte des chocs mondiaux, des vulnérabilités de la dette, des changements climatiques et des problèmes de sécurité. <br class='autobr' /> Une vingtaine de chefs d'État et de gouvernements ainsi que leurs représentants a participé au Sommet extraordinaire de l'Union africaine sur (...)</p> - <a href="https://www.24haubenin.bj/?-Economie-" rel="directory">Economie</a> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L150xH41/b660a24f-35d7-4762-82ab-4645841a19a9-9a9e1.jpg?1670447420' class='spip_logo spip_logo_right' width='150' height='41' alt="" /> <div class='rss_texte'><p>Plusieurs dirigeants africains ont passé en revue vendredi à Niamey, les progrès du continent en matière d'industrialisation, de diversification économique et de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) dans le contexte des chocs mondiaux, des vulnérabilités de la dette, des changements climatiques et des problèmes de sécurité.</p> <p>Une vingtaine de chefs d'État et de gouvernements ainsi que leurs représentants a participé au Sommet extraordinaire de l'Union africaine sur l'industrialisation, la diversification économique et la Zone de libre-échange continentale africaine organisée à Niamey, au Niger par l'Union africaine.</p> <p>« Il n'y a pas si longtemps, la juxtaposition des mots industrialisation et Afrique pouvait paraître incongrue. Aujourd'hui, l'interrogation qu'elle suscite est surtout celle des voies et moyens. Cela constitue en soi, la preuve que nous sommes sur la bonne voie. Un proverbe nigérien dit qu'on ne peut pas arrêter un fleuve », a déclaré le président nigérien Mohamed Bazoum, hôte du sommet.</p> <p>Explorant les voies et moyens de développer l'industrie africaine, le président Bazoum a appelé les pays africains à renforcer l'État de droit pour faciliter l'éclosion du secteur privé africain, libérer les énergies des entrepreneurs africains et à simplifier l'environnement des affaires.</p> <p>« L'industrialisation inclusive, solidaire et raisonnée que nous souhaitons ne peut pas être imposée et ne peut être le fait que d'une complémentarité vertueuse des secteurs privé et public, qui seule, peut créer des emplois de qualité. »</p> <p>Il a ajouté que « la jeunesse de la population et sa croissance qui sont un défi, peuvent constituer un atout à condition de bien gérer la transition démographique. »</p> <p>Sa déclaration a fait écho chez son homologue du Nigéria, Muhammadu Buhari qui a déclaré : « Le continent africain a la chance d'avoir une importante population de jeunes qui peut répondre à nos pénuries de main-d'œuvre. Par conséquent, nous devons exploiter ce potentiel en ressources humaines sur le continent en offrant à nos jeunes une éducation de qualité et adaptée à leurs objectifs et qui rencontre les exigences du marché du travail. »</p> <p>Pour le président Paul Kagamé du Rwanda, une des voies consisterait à investir dans l'énergie et les infrastructures pour développer l'industrie africaine.</p> <p>« Le rythme de l'industrialisation en Afrique reste trop lent pour atteindre les objectifs de développement de l'Afrique dans le cadre de l'Agenda 2063. Nous devons investir une plus grande part de nos budgets nationaux dans la politique industrielle, et augmenter de manière significative les capacités en matière d'énergie et d'infrastructures », a déclaré le président Kagamé.</p> <p>Fabriquer les batteries lithium-ion en Afrique</p> <p>Les zones de libre-échange qui ont donné la prospérité dans le monde entier l'ont été non pas par le commerce de produits de faible valeur, mais par la production industrielle, a déclaré le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina. Il était représenté à ce sommet par Marie-Laure Akin-Olugbade, sa vice-présidente par intérim chargée du Développement régional, de l'Intégration et de la Prestation de services.</p> <p>« Il est dès lors clair que la prospérité de l'Afrique ne doit plus dépendre des exportations de matières premières mais de produits finis à valeur ajoutée », a-t-il déclaré.</p> <p>« Partout en Afrique, nous devons transformer les fèves de cacao en chocolat, le coton en textiles et en vêtements, les grains de café en café infusé », a déclaré Marie-Laure Akin-Olugbade au nom de M. Adesina. Il a rappelé que la Banque investissait 25 milliards de dollars pour transformer le secteur agricole du continent et débloquer le marché de l'agro-alimentaire qui devrait atteindre 1 000 milliards de dollars d'ici 2030.</p> <p>Akinwumi Adesina a détaillé les efforts d'investissements de la Banque pour développer tous les domaines susceptibles de booster l'industrialisation de l'Afrique et la diversification de son économie : énergie, santé, commerce intra-communautaire, industries pharmaceutiques, etc.</p> <p>« L'Afrique possède une abondance de ressources naturelles, de pétrole, de gaz, de minéraux et de métaux, ainsi qu'une vaste économie bleue qui doit être rapidement industrialisée », a insisté M. Adesina. « L'avenir des voitures électriques dans le monde dépend de l'Afrique, compte tenu de ses vastes gisements de ressources en minéraux rares, notamment le lithium-ion, le cobalt, le nickel et le cuivre. La taille du marché des véhicules électriques a été estimée à 7 000 milliards de dollars d'ici 2030 et à 46 000 milliards de dollars d'ici 2050. La construction d'installations précurseurs pour les batteries lithium-ion en Afrique coûtera trois fois moins cher que dans d'autres parties du monde », a-t-il précisé.</p> <p>37 pays en progrès</p> <p>En marge du sommet, la Banque africaine de développement, l'Union africaine et l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel ont publié un rapport commun dans lequel, elles indiquent que 37 sur 52 pays africains évalués, ont vu leur niveau d'industrialisation s'accroître au cours des onze dernières années. Dénommé, rapport sur l'Indice d'industrialisation en Afrique (AII), l'étude fournit une évaluation à l'échelle nationale des progrès réalisés par les 52 pays africains sur la base de 19 indicateurs clés.</p> <p>Les 19 indicateurs de l'indice couvrent les performances manufacturières, le capital, la main-d'œuvre, l'environnement des affaires, les infrastructures et la stabilité macroéconomique.</p> <p>L'indice établit également un classement du niveau d'industrialisation des pays africains selon plusieurs déterminants comprenant les dotations en capital et en main-d'œuvre, la stabilité macroéconomique, des institutions et des infrastructures solides, entre autres.</p> <p>L'Afrique du Sud a conservé un classement très élevé tout au long de la période 2010‑2021, suivie de près par le Maroc, qui occupe la deuxième place en 2022. L'Égypte, la Tunisie, Maurice et Eswatini complètent le top six sur la période.</p> <p>Le rapport permettra aux gouvernements africains d'identifier des pays de référence afin de mieux évaluer leurs propres performances industrielles et d'identifier plus efficacement les meilleures pratiques.</p> <p>Au cours du sommet, les chefs d'État ont également examiné le rythme d'opérationnalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine, qui est entrée en vigueur en janvier 2021, ainsi que ses liens avec l'industrialisation.</p></div> 28,5 milliards FCFA approuvés pour 2 projets au Bénin https://www.24haubenin.bj/?28-5-milliards-FCFA-approuves-pour-2-projets-au-Benin https://www.24haubenin.bj/?28-5-milliards-FCFA-approuves-pour-2-projets-au-Benin Sun, 04 Dec 2022 10:07:32 +0100 fr Akpédjé Ayosso <p>Le Conseil d'Administration de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) a approuvé, le 2 décembre 2022, des prêts pour le financement de deux projets au Bénin lors sa 133ème session ordinaire, sous la présidence de Serge Ekue. <br class='autobr' /> Des prêts approuvés pour le financement de deux projets au Bénin. Le premier projet concerne la viabilisation du site de Ouédo, dans le cadre de la construction de 10 849 logements sociaux et économiques dans la Commune d'Abomey-Calavi. L'objectif des travaux est « (...)</p> - <a href="https://www.24haubenin.bj/?-Economie-" rel="directory">Economie</a> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L150xH147/screenshot_20221203-225348-0b932.png?1670447420' class='spip_logo spip_logo_right' width='150' height='147' alt="" /> <div class='rss_texte'><p><strong>Le Conseil d'Administration de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) a approuvé, le 2 décembre 2022, des prêts pour le financement de deux projets au Bénin lors sa 133ème session ordinaire, sous la présidence de Serge Ekue.</strong></p> <p>Des prêts approuvés pour le financement de deux projets au Bénin. Le premier projet concerne la viabilisation du site de Ouédo, dans le cadre de la construction de 10 849 logements sociaux et économiques dans la Commune d'Abomey-Calavi. L'objectif des travaux est « d'assurer une alimentation de qualité en électricité, par l'augmentation de la puissance du réseau d'électricité sur tout le site du projet et la construction d'une usine de traitement d'eau et d'un château d'eau de 500 m³ ». Le montant de l'opération est de 10 milliards FCFA.</p> <p>Le second projet est relatif à la mise en place en faveur de NSIA Banque Benin SA d'une ligne de refinancement dans le cadre du programme de relance des activités des entreprises de l'UEMOA, suite à la crise sanitaire liée à la Covid-19 et d'un prêt subordonné. Le montant de l'opération est de 18,5 milliards FCFA.</p></div> Les actions inscrites dans le secteur de l'énergie au Bénin https://www.24haubenin.bj/?Les-actions-inscrites-dans-le-secteur-de-l-energie-au-Benin https://www.24haubenin.bj/?Les-actions-inscrites-dans-le-secteur-de-l-energie-au-Benin Fri, 02 Dec 2022 20:30:00 +0100 fr Marc Mensah <p>Le budget général de l'Etat 2023 a été votée le jeudi 1er décembre 2022. La poursuite de l'autonomisation énergétique et l'électrification rurale sont entre autres les objectifs du gouvernement. <br class='autobr' /> Plusieurs actions prioritaires sont prévues au budget de l'Etat 2023. Il s'agit notamment de la : la construction d'un barrage hydroélectrique Dogo bis d'une capacité de 128 MW, la construction d'une Centrale thermique de 140 MW dans la Zone Économique Spéciale de Glo-Djigbé et d'une centrale thermique IPP GENESIS de (...)</p> - <a href="https://www.24haubenin.bj/?-Economie-" rel="directory">Economie</a> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L150xH67/energie-d4351.jpg?1670447420' class='spip_logo spip_logo_right' width='150' height='67' alt="" /> <div class='rss_texte'><p><strong>Le budget général de l'Etat 2023 a été votée le jeudi 1er décembre 2022. La poursuite de l'autonomisation énergétique et l'électrification rurale sont entre autres les objectifs du gouvernement.</strong></p> <p>Plusieurs actions prioritaires sont prévues au budget de l'Etat 2023. Il s'agit notamment de la : la construction d'un barrage hydroélectrique Dogo bis d'une capacité de 128 MW, la construction d'une Centrale thermique de 140 MW dans la Zone Économique Spéciale de Glo-Djigbé et d'une centrale thermique IPP GENESIS de 40 MW à Maria Gléta, l'amélioration de la performance de la SBEE dans le cadre du Projet d'Amélioration des Services Énergétiques (PASE), la densification du Réseau de Distribution dans 25 Communes du Bénin (PADSBEE-BADEA), la construction d'une centrale solaire photovoltaïque en IPP GREENHEART POWER AFRICA (GPA) de 10 MW, la poursuite du programme MCA Bénin 2 (Projets Réformes, Distribution), etc.<br class='autobr' /> Le budget général de l'Etat, gestion 2023 s'équilibre en recettes et en dépenses à la somme de 3.033,337 milliards FCFA dont le tiers est destiné au actions ayant un fort impact sur le développement durable .<br class='autobr' /> M. M.</p></div> Banquiers et exportateurs aguerris sur le rapatriement des recettes d'exportation https://www.24haubenin.bj/?Banquiers-et-exportateurs-aguerris-sur-le-rapatriement-des-recettes-d https://www.24haubenin.bj/?Banquiers-et-exportateurs-aguerris-sur-le-rapatriement-des-recettes-d Fri, 02 Dec 2022 19:17:14 +0100 fr Marc Mensah <p>Les entreprises exportatrices, les banques et les déclarants en douane ont été sensibilisés sur le rapatriement des recettes d'exportation. C'est à travers un atelier organisé, vendredi 02 décembre 2022 à Golden Tulip hôtel de Cotonou, sous l'initiative du Ministère de l'Economie et des Finances, la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité et la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest. <br class='autobr' /> Pilier important du système de centralisation des réserves de change au sein de l'Union Monétaire Ouest (...)</p> - <a href="https://www.24haubenin.bj/?-Economie-" rel="directory">Economie</a> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L150xH90/mef_sensibilisation-129de.jpg?1670447420' class='spip_logo spip_logo_right' width='150' height='90' alt="" /> <div class='rss_texte'><p><strong>Les entreprises exportatrices, les banques et les déclarants en douane ont été sensibilisés sur le rapatriement des recettes d'exportation. C'est à travers un atelier organisé, vendredi 02 décembre 2022 à Golden Tulip hôtel de Cotonou, sous l'initiative du Ministère de l'Economie et des Finances, la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité et la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest.</strong></p> <p>Pilier important du système de centralisation des réserves de change au sein de l'Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA), le rapatriement des recettes d'exportation tient à cœur au Ministère de l'Economie et des Finances (MEF). C'est dans cette perspective qu'une journée de sensibilisation a été organisée, vendredi 02 décembre 2022 à Golden Tulip hôtel de Cotonou, à l'intention des entreprises exportatrices, des banques et des déclarants en douane.</p> <div class='spip_document_17256 spip_document spip_documents spip_document_image spip_documents_left spip_document_left'> <figure class="spip_doc_inner"> <a href='https://www.24haubenin.bj/IMG/jpg/sensibilsation_mef2.jpg' class="spip_doc_lien mediabox" type="image/jpeg"> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L500xH375/sensibilsation_mef2-009c0.jpg?1670447420' width='500' height='375' alt='' /></a> </figure> </div> <p>La réglementation en matière de domiciliation et de rapatriement des recettes d'exportation, le rôle des principaux acteurs ainsi que les dispositions de la loi n°2016-11 du 8 juillet 2016 portant loi uniforme sur le contentieux des infractions à la réglementation des relations financières extérieures des Etats membres de l'UEMOA ont été exposés aux participants. C'est à travers la communication ‘'Rapatriement des recettes d'exportation : enjeux et rôle des banques et des entreprises'' et celle sur les ‘'Sanctions pour non-rapatriement des recettes d'exportation et pour défaut de communication d'informations'' qui ont été présentées par Didier Noukpo, expert de la BCEAO.</p> <div class='spip_document_17258 spip_document spip_documents spip_document_image spip_documents_right spip_document_right'> <figure class="spip_doc_inner"> <a href='https://www.24haubenin.bj/IMG/jpg/sensibilisation_mef.jpg' class="spip_doc_lien mediabox" type="image/jpeg"> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L500xH375/sensibilisation_mef-fc5be.jpg?1670447421' width='500' height='375' alt='' /></a> </figure> </div> <p>Le communicateur a répondu aux préoccupations des participants à la séance de sensibilisation sur le rapatriement des recettes d'exportation.<br class='autobr' /> L'initiative fait suite à la persistance des insuffisances relevées au niveau de certaines banques et entreprises exportatrices qui n'appliquent pas de façon rigoureuse les textes, a fait savoir Clément Aziagnikouda, Directeur des Affaires Monétaires et Financières, représentant le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique.<br class='autobr' /> Les missions d'exportation, rapatriement des recettes organisées chaque année par le MEF en collaboration avec la Banque centrale ont révélé, en effet plusieurs irrégularités. Il s'agit notamment du défaut de rapatriement de l'intégralité des recettes d'exportation ; le non-respect du délai de cession des devises à la BCEAO et la non-régularisation des dossiers de préfinancement. « Ces manquements impactent négativement les réserves de change et la liquidité bancaire au sein de l'Union. Ils fragilisent ainsi la capacité des pays à disposer de devises suffisantes pour assurer l'importation des biens et services. C'est dans le but de remédier à ce problème que le présent séminaire est organisé (…) », a indiqué Oumara Karimou Assouma, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, Représentant le Ministre d'Etat en charge de l'Economie et des Finances, Romuald Wadagni.</p> <div class='spip_document_17255 spip_document spip_documents spip_document_image spip_documents_left spip_document_left'> <figure class="spip_doc_inner"> <a href='https://www.24haubenin.bj/IMG/jpg/sensibilisation_mef4.jpg' class="spip_doc_lien mediabox" type="image/jpeg"> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L500xH375/sensibilisation_mef4-4c598.jpg?1670447421' width='500' height='375' alt='' /></a> </figure> </div> <p>La session entend permettre aux participants de mieux comprendre les principes qui fondent le cadre juridique actuel et particulièrement, les procédures liées à la domiciliation des opérations d'exportation. « Elle offrira à chaque partie prenante, les outils et arguments pour mieux prendre en charge les missions qui lui sont dévolues », a précisé le représentant du Ministre d'Etat, ministre de l'Economie et des Finances.</p> <div class='spip_document_17254 spip_document spip_documents spip_document_image spip_documents_right spip_document_right'> <figure class="spip_doc_inner"> <a href='https://www.24haubenin.bj/IMG/jpg/sensibilisation_mef3.jpg' class="spip_doc_lien mediabox" type="image/jpeg"> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L500xH375/sensibilisation_mef3-da4c9.jpg?1670447421' width='500' height='375' alt='' /></a> </figure> </div> <p>Au nom des banques, le Président de l'Association Professionnelle des Banques et Établissements Financiers du Bénin (APBEF-Bénin), Lazare Noulekou le ministre d'Etat en charge de l'Economie et des Finances et la Banque Centrale pour l'initiative prise de manière à renforcer les recettes d'exportation du Bénin et aussi de la zone UEMOA.<br class='autobr' /> Une série de recommandations a été faite aux entreprises exportatrices d'une part et aux banques d'autre part à l'issue de la journée de sensibilisation.<br class='autobr' /> <i>Marc MENSAH</i></p></div> Des acteurs de la microfinance sensibilisés sur l'activité illégale ‘'Adogbè'' https://www.24haubenin.bj/?Des-acteurs-de-la-microfinance-sensibilises-sur-l-activite-illegale-Adogbe https://www.24haubenin.bj/?Des-acteurs-de-la-microfinance-sensibilises-sur-l-activite-illegale-Adogbe Fri, 02 Dec 2022 16:23:20 +0100 fr Akpédjé Ayosso PROPOSÉ À LA LECTURE <p>Des acteurs des systèmes financiers décentralisés, des associations de consommateurs et ex-promoteurs ont pris part ce vendredi 02 décembre 2022 à un atelier de sensibilisation sur les activités illégales de collecte d'épargne publique de type Adogbè. <br class='autobr' /> Neuf (09) mois après l'interdiction de l'activité de collecte illégale de l'épargne publique sous la forme de tontine dite « Adogbè », l'Agence Nationale de Surveillance des Systèmes Financiers Décentralisés (ANSSFD) a organisé un atelier de sensibilisation. (...)</p> - <a href="https://www.24haubenin.bj/?-Economie-" rel="directory">Economie</a> / <a href="https://www.24haubenin.bj/?+-PROPOSE-A-LA-LECTURE-+" rel="tag">PROPOSÉ À LA LECTURE</a> <img src='https://www.24haubenin.bj/local/cache-vignettes/L150xH87/screenshot_20221202-154959-cdfb7.png?1670447421' class='spip_logo spip_logo_right' width='150' height='87' alt="" /> <div class='rss_texte'><p><strong>Des acteurs des systèmes financiers décentralisés, des associations de consommateurs et ex-promoteurs ont pris part ce vendredi 02 décembre 2022 à un atelier de sensibilisation sur les activités illégales de collecte d'épargne publique de type Adogbè.</strong></p> <p>Neuf (09) mois après l'interdiction de l'activité de collecte illégale de l'épargne publique sous la forme de tontine dite « Adogbè », l'Agence Nationale de Surveillance des Systèmes Financiers Décentralisés (ANSSFD) a organisé un atelier de sensibilisation. Selon Abdou Rafiou Bello, directeur général de l'ANSSFD,<i> l'atelier vise à faire l'état des lieux après l'interdiction, sensibiliser les populations sur les risques de résurgence de cette activité en cette veille de fin d'année et enfin mener des réflexions sur la formalisation des acteurs.</i></p> <p>De nombreux adhérents de la tontine « Adogbè » ont été victimes de tontiniers indélicats. Ils disparaissent dans la nature avec les dépôts des épargnants. C'est dans ce contexte que le gouvernement béninois pour protéger les populations, a interdit, à travers l'arrêté interministériel n°538 du 04 mars 2022, cette activité de collecte illégale de l'épargne. Une étude menée révèle que l'activité a connu une baisse après la décision d'interdiction. Le montant estimé des dépôts collectés est passé de 8,5 milliards de FCFA en 2021 à 1,5 milliard de FCFA en 2022. La clientèle est passée de 1.717.135 en 2021 à 738.835 en 2022. En dépit de l'interdiction, certains promoteurs d'Adogbè continuent cette activité dans la clandestinité au lieu de se conformer à la réglementation par la formalisation.</p> <p><strong>Fédérer les acteurs</strong></p> <p>Procédant à l'ouverture de l'atelier, le représentant du ministre d'Etat en charge de l'Economie et des Finances, a souligné <i>« l'existence d'un besoin croissant des populations pour ce type d'opération qui allie l'octroi d'un service financier au bénéfice d'un bien tangible ».</i> <i>« Le présent atelier entend fédérer tous les acteurs de la microfinance autour de la professionnalisation du métier dans un contexte marqué par l'assainissement de ce secteur »</i>, a déclaré Hermann Orou Takou, directeur de cabinet du ministre d'Etat. Il a invité la population à <i>« plus de vigilance et à s'assurer qu'elle ne dépose leur épargne qu'auprès des institutions autorisées par le ministre d'Etat chargé de l'Economie et des Finances ».</i></p> <p>Le président du Patronat des Acteurs d'Aide de Proximité (réunissant les ex-promoteurs de la tontine Adogbè), Tiburce Konto s'est réjoui de la tenue de cet atelier de sensibilisation. <i>« Nous avons besoin essentiellement de la formation. Ce n'est pas que les nôtres sont de mauvaise foi. Beaucoup d'entre nous innovent et apportent un de plus à l'économie béninoise »,</i> a-t-il affirmé. Les solutions adoptées par les ex-promoteurs depuis la prise de l'arrêté ont été exposées aux participants. A l'issue de l'atelier, les acteurs font définir un cadre de coopération formelle entre promoteurs, adhérents et SFD.</p> <p><strong>Akpédjé Ayosso</strong></p></div>