mardi, 26 octobre 2021 •

315 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Soutenons les femmes d’Afghanistan contre le régime des Talibans




Après vingt ans d’occupation, les Américains se sont retirés vaincus d’Afghanistan. Un autre échec de l’impérialisme dans son rôle de "gendarme du monde". Il laisse un pays en ruines. Le pouvoir a été laissé aux mains des talibans, un mouvement politique religieux islamique ultra-réactionnaire. Un monstre créé à l’origine par l’impérialisme lui-même, qui les a financés dans les années 1980 pour mener une guérilla contre l’invasion de l’ex-URSS. Après la défaite de l’invasion et la chute de l’URSS, les États-Unis et le Pentagone en ont perdu le contrôle.

Lorsque les Talibans ont régné entre 1996 et 2001, ils ont imposé une dictature islamique bourgeoise, un gouvernement théocratique brutalement répressif avant tout à l’égard des femmes. Les talibans ont maintenant l’intention de finir de liquider les libertés partielles du peuple et les droits des femmes, ce à quoi s’opposera une grande partie du peuple afghan, surtout dans les villes, les femmes et les autres groupes ethniques qui peuplent le pays. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue, par exemple, le 19 août, pour défendre le drapeau afghan, jour de l’indépendance nationale vis-à-vis des Britanniques et ont été réprimées par les talibans.

Les images de femmes désespérées et de leurs filles tentant de fuir à l’aéroport de Kaboul ne cessent d’émouvoir le mouvement des femmes du monde entier, qui est solidaire de la résistance afghane au régime taliban. Ceux qui tentent de fuir le font parce que le souvenir est encore présent de l’époque où les talibans régnaient dans les années 1990, appliquant une interprétation radicale du Coran dans laquelle il était interdit aux femmes de sortir dans la rue sans un compagnon masculin et sans la burqa (qui les couvre de la tête aux pieds), ainsi que l’impossibilité d’étudier ou de travailler en dehors de la maison. Parmi d’autres atrocités.

En vingt ans d’occupation impérialiste, les États-Unis et l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) ont bombardé le territoire, tuant des civils et violant systématiquement les droits de l’homme. Une intervention qui a chassé des millions d’Afghans de leurs foyers et face à laquelle l’Union européenne a systématiquement fermé ses frontières, externalisant le contrôle des migrations à d’autres pays, comme la Turquie, et condamnant des millions de personnes à des camps de réfugiés aux conditions de vie infrahumaines. Ceux qui ont réussi à entrer ont été privés de leurs droits fondamentaux afin de les exploiter encore plus. En fait, les porte-parole de l’impérialisme, comme le président de la France, Emmanuel Macron, qui a prévenu que leur objectif était d’arrêter l’augmentation évidente du flux de migrants vers l’Europe.

Nous dénonçons et rejetons cette politique et défendons l’ouverture des frontières de plein droit. Pour toutes ces raisons, il est clair que la solution pour les femmes en particulier et le peuple afghan en général ne vient pas du côté de l’impérialisme yankee qui a envahi et détruit le pays. Elle ne vient pas non plus du côté des talibans et de leur mouvement fondamentaliste et misogyne.

En contrôlant militairement l’ensemble du pays, le mouvement islamiste taliban entend établir un État théocratique sous son interprétation ultra-réactionnaire de l’islam et de la charia, qu’il appellerait l’Émirat islamique d’Afghanistan. Avec l’utilisation instrumentale d’une religion, il imposerait un recul des libertés et des droits des femmes afghanes, ce qui renforcerait l’oppression et l’inégalité inhérentes aux relations sociales patriarcales du capitalisme. Avec l’interdiction de travailler en dehors de la maison, l’interdiction de montrer une partie de leur corps ou de se maquiller, de parler ou de rire en public, la non-participation à des activités sportives, entre autres, qui étaient déjà appliquées lorsqu’elles gouvernaient auparavant.

Nous espérons que la réaction des femmes afghanes ne se fera pas attendre face au contrôle exercé sur leur vie, leur travail et leur corps. Nous apprécions l’organisation et la protestation par des manifestations et des marches en rejet de la perte de leurs libertés et de leurs droits qui font face avec un courage admirable à la présence armée des miliciens du régime taliban qui gardent les rues et sont chargés d’imposer le nouvel ordre ultra-réactionnaire.

Nous appelons à la solidarité internationale avec les femmes et l’ensemble du peuple afghan dans leur lutte contre le nouveau gouvernement afin d’empêcher un retour à la répression des années 1990 et de parvenir à leur indépendance, leur égalité et leur liberté. Nous savons que seul un gouvernement de la classe ouvrière qui progresse vers le socialisme avec des droits complets peut véritablement garantir la liberté du peuple afghan, des femmes et des dissidents.

En tant que féministes socialistes, nous embrassons toutes les formes de résistance et d’organisation des femmes afghanes contre les talibans. La lutte des femmes afghanes est aussi notre lutte. Nous dénonçons que l’ultra-droite et la droite dans différents pays de l’Occident maintiennent un fort soutien aux mouvements religieux, fondamentalistes, évangéliques et catholiques qui appliquent une politique patriarcale ultra-réactionnaire contre les femmes, qui nie le caractère politique de la violence de genre, remet en cause et annule l’éducation sexuelle et reproductive, écarte la discrimination de genre sur le lieu de travail, rejette la légalisation de l’avortement, minimise et même justifie les abus sexuels, s’oppose à la reconnaissance du travail reproductif, ridiculise le partage égalitaire du travail de soin et l’abandon paternel.

Depuis l’Unité Internationale des Travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI), nous appelons l’ensemble du mouvement international des femmes à accompagner cette lutte et à l’entourer de solidarité afin qu’elle triomphe contre la dictature théocratique et contre toute ingérence impérialiste.

#Nous sommes toutes des femmes afghanes.

20 août 2021

Femmes de l’Unité internationale des travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI)

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

22 août 2021 par Judicaël ZOHOUN




Le Nigeria a lancé sa monnaie digitale


25 octobre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Le Nigeria est devenu le premier pays africain à lancer sa propre (...)
Lire la suite

Washington ne peut pas aider l’Europe à surmonter la crise (...)


25 octobre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Les autorités américaines ne peuvent pas faire grand-chose pour aider (...)
Lire la suite

Des œuvres soutenues par l’OIF récompensées au Fespaco


25 octobre 2021 par Akpédjé Ayosso
Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (...)
Lire la suite

TPF clarifie sa position sur le Sahara marocain et dénonce le polisario (...)


24 octobre 2021 par Ignace B. Fanou
Dans un communiqué, en date du 23 octobre 2021, Tanzania Peace (...)
Lire la suite

10 finalistes du prix des 5 continents


22 octobre 2021 par Akpédjé Ayosso
Réunis ce jeudi 21 octobre, à distance, les représentants des six Comités (...)
Lire la suite

L’OIM lance un projet pour améliorer la capacité de gestion des (...)


21 octobre 2021 par Akpédjé Ayosso
L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et les (...)
Lire la suite

L’Insae recrute 270 agents pour l’enquête EHCVM


20 octobre 2021 par Ignace B. Fanou
L’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INStaD) ex (...)
Lire la suite

La justice néerlandaise condamne les auteurs d’actes de vandalisme


20 octobre 2021 par Akpédjé Ayosso
Les auteurs d’actes de vandalisme dans les consulats généraux du Maroc à (...)
Lire la suite

Dr. Rashid Mbaziira nommé au poste de secrétaire exécutif


19 octobre 2021 par Akpédjé Ayosso
Le ressortissant ougandais Dr. Rashid Mbaziira est nommé en qualité de (...)
Lire la suite

Le médicament contre le Covid-19 "Mir-19" sera enregistré, espère-t-on, (...)


16 octobre 2021 par Judicaël ZOHOUN
L’agence fédérale biomédicale de la Russie (FMBA) espère que le médicament (...)
Lire la suite

L’ICESCO lance le think tank pour la pensée, les lettres et les (...)


15 octobre 2021 par Akpédjé Ayosso
L’Organisation du Monde islamique pour l’Éducation, les Sciences et la (...)
Lire la suite

Huawei appelle l’industrie des TIC à s’engager dans le développement de (...)


15 octobre 2021 par Akpédjé Ayosso
La 12e édition du Global Mobile Broadband Forum (MBBF) de Huawei a (...)
Lire la suite

OBG et ADGA s’associent pour un nouveau Focus Report


14 octobre 2021 par Akpédjé Ayosso
Un nouveau « Focus Report », produit par Oxford Business Group (OBG) en (...)
Lire la suite

Connexion au monde réel : l’Apocalypse est ouverte


14 octobre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Dans un monde d’incertitude croissante sur le présent et l’avenir de (...)
Lire la suite

La RDC a commencé la vaccination contre le virus Ebola (OMS)


14 octobre 2021 par Judicaël ZOHOUN
La République démocratique du Congo a commencé à vacciner la population (...)
Lire la suite

Les essais du vaccin contre le Covid sous forme de spray (...)


13 octobre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Le ministère russe de la Santé a autorisé le Centre Gamaleïa à mener la (...)
Lire la suite

La Russie pourrait livrer gratuitement 6.000 doses de Spoutnik V à (...)


13 octobre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Le gouvernement russe étudie la possibilité de livrer gratuitement 6.000 (...)
Lire la suite

L’ICESCO participe à la 7ème Conférence nationale en Indonésie


13 octobre 2021 par Akpédjé Ayosso
Le Centre de langue arabe pour les non arabophones de l’Organisation du (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires