dimanche, 16 juin 2024 -

815 visiteurs en ce moment

10 ans après l’épidémie

MSF demande un stock d’urgence de traitements contre Ebola




Dix ans après l’épidémie la plus meurtrière au monde, MSF demande un stock d’urgence de traitements contre Ebola.

Alors que le monde célèbre les dix ans de l’épidémie la plus meurtrière de la maladie à virus Ebola, qui a tué plus de 11 000 personnes en Afrique de l’Ouest in 2014, Médecins Sans Frontières (MSF) regrette que, bien qu’il existe désormais deux traitements approuvés contre Ebola, ils ne soient pas facilement accessibles à travers un stock d’urgence prêt à être utilisés dans les endroits où ils pourraient être nécessaires lors d’une future épidémie. Les traitements restent sous le contrôle exclusif de deux sociétés pharmaceutiques américaines, Regeneron et Ridgeback Biotherapeutics, et la quasi-totalité des traitements actuellement disponibles dans le monde sont conservés dans un stock de sécurité nationale et de biodéfense détenu par les États-Unis. Il est donc nécessaire de constituer un stock international d’urgence de ces traitements, fourni par Regeneron et Ridgeback et géré par le Groupe international de coordination (GIC) sur la fourniture de vaccins, afin de garantir que les traitements puissent toujours être fournis à court terme à toute personne qui en a besoin et où qu’elle se trouve.

"Il y a dix ans, le monde n’était pas préparé à l’apparition de la maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest. Il n’y avait pas de traitement antiviral, ce qui rendait difficile de convaincre les malades de se rendre dans les unités de traitement. Il n’y avait pas de vaccins et la protection des personnes se limitait donc à essayer de les convaincre de changer de comportement, ce qui, des années d’expérience nous l’ont appris, prend du temps et n’a souvent qu’un succès limité. Il était donc difficile de contrôler l’épidémie ", explique le Dr Armand Sprecher, spécialiste en santé publique à MSF. "Maintenant qu’il existe des traitements antiviraux et des vaccins efficaces, nous pouvons utiliser des outils importants pour sauver des vies, prévenir la maladie et contrôler les épidémies, mais seulement s’ils sont entièrement disponibles pour les personnes qui en ont besoin. C’est pourquoi nous demandons la constitution d’un stock d’urgence".

Après près d’un demi-siècle sans traitement spécifique, ce n’est que lors de la plus grande épidémie d’Ebola en 2014, lorsque les pays les plus riches ont été confrontés à la menace d’Ebola dans leurs frontières, que le financement de la recherche et du développement de traitements et de vaccins contre le virus a augmenté de façon spectaculaire. Puis, après une combinaison de plus de 800 millions de dollars américains de financements publics et de contributions essentielles, notamment de la part des gouvernements des pays touchés, des ONG et des établissements universitaires, qui ont accueilli ou facilité les essais cliniques, ainsi que des patients et des survivants qui ont directement participé à l’expérimentation des traitements, deux traitements ont été approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis en 2020. Ces traitements ont été recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2022, et figurent désormais sur la liste modèle des médicaments essentiels de l’OMS. Il existe également deux vaccins, qui en plus du traitement, sont essentiels pour prévenir et répondre à une épidémie d’Ebola. Bien qu’il s’agisse d’un ajout important à la boîte à outils de la riposte à Ebola, ces nouveaux outils médicaux ne répondent qu’à l’ébolavirus du Zaïre, l’espèce de virus la plus courante à l’origine de l’épidémie de 2014.

Les traitements - REGN-EB3 (atoltivimab/maftivimab/odesivimab), commercialisé par Regeneron sous le nom d’Inmazeb, et mAb114 (ansuvimab), commercialisé par l’OMS sous le nom d’Ebanga - restent largement inaccessibles aux personnes qui en ont besoin pendant les épidémies. Même si le déploiement rapide des traitements lors d’une épidémie d’Ebola se heurte à de nombreux obstacles, le fait que seul un tiers des patients ait reçu l’un ou l’autre traitement lors des cinq épidémies survenues depuis 2020 s’explique en grande partie par le fait que les traitements ne sont pas facilement accessibles là où les épidémies se produisent le plus souvent. Regeneron et Ridgeback conservent le contrôle privé de ces traitements par le biais de brevets et de licences, et presque tous les traitements disponibles sont détenus et contrôlés par les États-Unis.

"Une leçon claire tirée des dix dernières années est que compter uniquement sur la bonne volonté des entreprises privées ou des gouvernements n’est pas la solution à un problème d’accès aux médicaments ", explique le Dr Márcio da Fonseca, conseiller en maladies infectieuses pour la Campagne d’accès de MSF. " Pour que les traitements contre Ebola et les outils de prévention d’aujourd’hui et de demain soient plus largement disponibles, des conditions d’accès mondiales doivent être fixées dès le début du processus de recherche et de développement des outils médicaux mis au point avec de l’argent public, et l’accès aux traitements pour les communautés qui les ont testés doit être légalement garanti. Nous devons nous préparer dès maintenant à la prochaine épidémie et veiller à ce qu’il n’y ait aucune lacune dans l’accès aux outils médicaux appropriés, y compris pour les autres espèces d’Ebola, afin d’éviter les pertes de vies catastrophiques que nous avons connues il y a dix ans".

En outre, MSF a exhorté tous les détenteurs de brevets sur les traitements contre Ebola à délivrer des licences et à transférer les technologies à des fabricants compétents afin que davantage de producteurs puissent fabriquer des traitements contre Ebola, ce qui contribuera à accroître leur disponibilité à l’avenir.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

24 mars 2024 par Akpédjé Ayosso




Orano lance les travaux préparatoires au Niger


13 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Avec des réserves d’uranium estimées à 200 000 tonnes, le site (...)
Lire la suite

<<Au milieu de la tourmente mondiale, Citoyens unis pour la (...)


13 juin 2024 par Judicaël ZOHOUN
Alors que des conflits éclatent dans le monde entier, menaçant la (...)
Lire la suite

La Slovénie salue le Plan marocain d’autonomie comme “une bonne base”


11 juin 2024 par Ignace B. Fanou
La vice-Première ministre et ministre slovène des Affaires étrangères (...)
Lire la suite

La 15e Assemblée générale de l’UAR prévue pour le 03 septembre


10 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
L’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR) tiendra sa 15e assemblée (...)
Lire la suite

Le Niger entre réalité du pouvoir et enjeux de développement


10 juin 2024 par Judicaël ZOHOUN
: L’axe commercial Cotonou - Niamey est toujours renforcé malgré les (...)
Lire la suite

Le Liban réaffirme sa position constante en faveur de l’intégrité (...)


9 juin 2024 par Ignace B. Fanou
Le Liban, à travers un communiqué rendu public, dimanche 9 juin 2024, (...)
Lire la suite

Le Maroc réélu au Comité des Droits de l’Homme de l’ONU avec une (...)


29 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Le Royaume du Maroc a été brillamment réélu, ce mercredi 29 mai 2024, (...)
Lire la suite

FIFA et AFD renouvellent leur protocole d’accord


29 mai 2024 par Akpédjé Ayosso
La FIFA et l’Agence française de développement ont renouvelé leur (...)
Lire la suite

Les ministres arabes de l’information saluent les efforts du Comité (...)


29 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Le Conseil des ministres arabes de l’Information, réuni mercredi 29 (...)
Lire la suite

Le Sénégal réaffirme son soutien “constant et ferme” au Maroc


27 mai 2024 par Ignace B. Fanou
La République du Sénégal a réaffirmé, lundi 27 mai 2024, à Rabat, par (...)
Lire la suite

La Zambie réaffirme son soutien au plan d’autonomie du Sahara marocain


24 mai 2024 par Ignace B. Fanou
La République de Zambie a réitéré, ce vendredi 24 mai 2024, à Rabat, (...)
Lire la suite

Corsair propose désormais le paiement en plusieurs fois sans frais


24 mai 2024 par Judicaël ZOHOUN
Afin de faciliter l’achat de billets pour ses clients, la compagnie (...)
Lire la suite

Le MSP présenté comme une opposition pacifique au Polisario


22 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Une délégation du Mouvement des Sahraouis pour la Paix (MSP) a (...)
Lire la suite

Les investisseurs émiratis rassurés du soutien des autorités béninoises


19 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Des investisseurs émiratis de haut niveau a séjourné au Bénin du 13 (...)
Lire la suite

Le Bénin organise le rapatriement de ses migrants


19 mai 2024 par Marc Mensah
Une embarcation transportant une cinquantaine de migrants de diverses (...)
Lire la suite

Quatre terroristes présumés arrêtés au Maroc


14 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Quatre terroristes présumés ont été interpellés ce mardi au Maroc (...)
Lire la suite

Le parti UP-R dénonce la position injustifiée des autorités nigériennes


13 mai 2024 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
L’Union Progressiste le Renouveau (UP-R) a donné sa position sur la (...)
Lire la suite

« Une base militaire, ce n’est pas une aiguille dans une boîte de foin »


12 mai 2024 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
Le gouvernement béninois, par la voix de son porte-parole, a réagi (...)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires